•    "Energie, la France va devoir obéir à Bruxelles

      "La France va devoir appliquer les demandes de Bruxelles concernant la suppression des tarifs réglementés de vente de gaz et d’électricité et l’ouverture des concessions des barrages hydroélectriques, a estimé mardi le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas HULOT. (...)

       Bruno BERTEZ, 19 juillet 2017, brunobertez.com.

      Source : https://brunobertez.com/2017/07/19/energie-la-france-va-devoir-obeir-a-bruxelles/

     

    Lire la suite...


  •  

    TÉNACITE DU DR AZARI (ex-PRIARTEM)

     

    TÉLÉPHONE MOBILE : SCANDALE...

       En vrac ou bien rangés. Jamais anodins, nos téléphones mobiles, et pourtant. Source : https://www.iphonote.com/actu/104479/telephones-mobiles-ont-marque-jeunesse-collection-danciens-mobiles

     

        Suite des alertes concrètes, face à l'ANFR :

     "Danger des ondes de portables : en route vers un "phonegate" ?", Emmanuel LÉVY, Marianne, 03-07-2017

       Source : https://www.marianne.net/societe/danger-ondes-telephones-portables-en-route-vers-un-phonegate

     

    Lire la suite...


  •  

    PAS SI COMPLIQUÉ ! ET... ÇA AVANCE !

     

    REFUS / COLLECTIF SAINT-BRIEUC

     

    RAPPEL... INFO fondamentale 

    http://refus.linky.gazpar.free.fr/refus-individuels-ou-communes.htm 

     

    LOCATAIRE  ou  PROPRIÉTAIRE, 

    c'est l'abonné qui est concerné !

    Le refus du compteur Linky est facile dans plus de la moitié des logements en France

     

     

     CE QUE DIT LA LOI :

    L'intrusion dans le domicile par une personne privée sans autorisation est constitutive d'une "violation du domicile".

       Source (copie ici, à quelques effets de mise en forme près d'une page de ce matin de Stopgazparlinky de Saint-Brieuc / merci à eux ! : http://stopgazparlinkysaintbrieuc.over-blog.com/2017/06/que-faire-pour-refuser-de-se-laisser-faire.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

     

    Lire la suite...


  •  

    POUR RÉACTIVITÉ... "MODÈLE" !

     

    ANFR EN JUSTICE / LANCEURS d'ALERTE

       Vite démodés, vite jetés. Et s'ils ne respectent pas les normes ? Téléphones... Source : http://www.lefigaro.fr/conso/2009/11/20/05007-20091120ARTFIG00654-ne-jetez-plus-votre-ancien-portablevendez-le-.php

     

       "Téléphonie mobile : la justice saisie par deux lanceurs d’alerte", par Romain LOURY, LJDE (Le Journal de L'Environnement), 19 avril 2017.

     

       "L’Agence nationale des fréquences (ANFR) rendra-t-elle publiques les mesures de contrôle des téléphones portables ? C’est ce que demandent deux lanceurs d’alerte qui, face au refus de l’agence, ont saisi la justice. L’audience en référé s’est tenue mercredi 19 avril au tribunal administratif de Melun.

       L’affaire remonte à juillet 2016, avec la publication par l’ANSES (Agence Nationale de SEcurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de son rapport "Exposition aux radiofréquences et santé des enfants". L’agence y faisait état d’une série de mesures effectuées par l’ANFR, selon lesquelles 89% des 95 téléphones testés dépassaient le débit d’absorption spécifique (DAS) de 2 Watt/kg (valeur seuil fixée pour la tête et le tronc) et 25% la valeur de 4 W/kg (seuil pour les membres).

       Pourtant tous ces appareils, testés par l’ANFR entre 2012 et 2015, étaient bien aux normes : les mesures effectuées par l’agence portaient sur une distance de 5 millimètres, alors que la directive européenne alors en vigueur (directive dite R&TTE, Radio & Terminal Telecommunication Equipment, mars 1999) permettait aux fabricants de tester leurs appareils à la distance de 25 mm.

       Or la directive R&TTE a été abrogée par une nouvelle directive 2014/35/UE, effective depuis le 13 juin 2016. "Cette nouvelle directive prévoit, pour évaluer la conformité des équipements, de prendre en compte les conditions de fonctionnement raisonnablement prévisibles. En l’espèce, l’utilisateur est susceptible d’être au contact de l’appareil", expliquait l’Anses dans son avis.

       Des appareils désormais hors norme

       Exit donc les 25 millimètres. Résultat : une fois écoulée la période transitoire d’un an prévue par la nouvelle directive (qui prendra donc fin le 12 juin), les appareils épinglés en 2015 par l’ANFR ne seront plus aux normes. D’ici là, les téléphones commercialisés avant juin 2016 peuvent rester en magasin. Quant aux appareils déjà achetés, c’est le black-out : ni rappel, ni information des propriétaires.

       Raison pour laquelle deux lanceurs d’alerte, le médecin Marc ARAZI (ancien coordinateur national de l’association Priartém) et la journaliste Fabienne AUSSERRE, ont demandé à l’ANFR de publier les données de ces tests, afin d’informer les utilisateurs de la nature de leur appareil.

       Sans résultat, malgré l’avis favorable, en novembre 2016, de la commission d’accès aux documents administratifs (Cada). Dans un courrier rendu public en janvier par la revue Le Lanceur, l’ANFR assure aux deux citoyens "être favorable à la communication, voire à la publication, des données", mais ne pouvoir s’y livrer. "Les dispositions applicables, tant au recueil de ces informations par l’ANFR qu’aux sanctions administratives ou pénales qui peuvent en résulter, semblent faire obstacle à la communication de ces informations", ajoute l’agence.

       Un "enjeu essentiel de santé publique"

       Face à ce refus, Marc Arazi et Fabienne Ausserre ont saisi la justice en février. Au terme de l’audience en référé, qui s’est tenue mercredi 19 avril au matin au tribunal administratif de Melun, Marc Arazi, contacté par le JDLE, se montre confiant quant au verdict.

       "C’est un enjeu essentiel de santé publique pour les utilisateurs. Peu d’entre eux le savent, mais il n’y a pas besoin que  l’appareil soit en mode téléphone : il suffit qu’il soit allumé dans la poche, il communique constamment avec l’antenne-relais la plus proche", explique-t-il.

       Les résultats obtenus par l’ANFR montrent que "des dizaines de millions de jeunes en Europe ont un téléphone qui pose problème. On ne peut pas dire "je change la norme et je laisse faire", uniquement pour protéger les fabricants. En tant que médecin et citoyen, je ne l’accepte pas", conclut Marc Arazi. Contactée par le JDLE, l’ANFR n’était pas en mesure de répondre.

     


  •  

    COMME UN HORIZON DE PROBLÈMES

     

    LE "DEFI" DES COMPTEURS ANGLAIS

       Source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-4362574/EDF-boss-slams-11bn-plan-roll-smart-meters.html

       Relayé par Stop-Linky 22. Merci à lui.

     

        Un article en ligne anglais (Mail Online) dresse un bilan très mitigé du programme national de compteurs communiquants d'électricité en cours de déploiement et émet quelques vérités au passage, bonnes à entendre en France, où les présentations généralistes du Linky souffrent d'une liberté de parole apparemment moins grande, ou d'une adhésion plus forte (aux directives d’État ?).

     Nota : De source personnelle, le compteur n'a pas de caractère aussi contraint en Angleterre qu'en France. Les consommateurs sont incités, invités à changer de compteurs sous divers arguments (et non sans un certain harcèlement commercial), mais ils ne sont pas sommés d'en changer, sous couvert de lois – ambiguës, comme en France, en plus d'être considérés en véritables "consommateurs".

     

    Lire la suite...


  •  

    ARCHIVAGE TECHNOLOGIQUE

     

    DATA CENTER / ARCHIVES TECHNOLOGIQUES

       Allure intérieure d'un data center. Image choisie. Elle évoque un rayon d'hyper-marché sans présence humaine et sans objet de consommation palpable. Noirceur des surfaces en plus, lumières minimales qui déclinent un espace nickel, morbide mais comme rassurant de ses clignotants au point qu'on les aimerait presque – ou qu'on nous fera aimer, de gré ou de force ? Source : https://gcn.com/Articles/2016/02/09/data-center-outages.aspx

     

        Derrière la smart city, le smart grid, les compteurs communiquants, se trouvent encore les data centers. En Français encore courant, les CENTRES de DONNÉES.

       Pendant longtemps l'homme se chercha ou se construisit un abri.

       Désormais, il semble s'agir essentiel d'abriter des données, des informations (codées en binaire), avec le plus grand soin, beaucoup plus de soin que des millions de congénères humains, plus de soins que pour des livres aussi.

       Pour quel enjeu ? On s'en doute MAOUSSS...

       Peut-on parler de progrès pour l'humanité ?

       Dans le cadre des compteurs communiquants censés réduire la consommation d'énergie, l'utilisation de data centers est aujourd'hui l'assurance de l'explosion de la consommation électrique, car ces endroits froids comme la mort exigent des apports d'énergie ÉNORMES. Et le comble, ils chauffent (à mort !).

     

     

    Lire la suite...


  •  

    PAR REFUS-LINKY-GAZPAR

     

    PÉTITION / MÉTHODES ENEDIS & LINKY

     

      "On rayonne, on espionne, on ponctionne" et  ON COGNE ?

     

    LINKY "ON COGNE" Stop-compteurs

     

    Agressions physiques, violations de domiciles,

    menaces, intimidations, mensonges

    STOP aux violences d'Enedis pour imposer le compteur LINKY.
     

     

       Source : Lettre de Stéphane LHOMME, STOP-GAZPAR-LINKY, ce 7 avril 2017.

       Voir : http://refus.linky.gazpar.free.fr

     

    Lire la suite...


  •  

    BILAN : ATTEINTES PHYSIQUES

     

    INSTALLATION VIOLENTE À PLOUHA

       Source : http://www.paris-normandie.fr/region/il-arrive-au-havre-les-vraies-promesses-du-compteur-linky-LC7217184

     

       Nouvelles accablantes dans la série "pose (forcée ?) du compteur Linky".

       Aucune précision n'est donnée sur la position initiale des clients-usagers au sujet du compteur, extérieur à la propriété ou non d'ailleurs, s'ils avaient signifié leur refus très en amont, si l'opposition était manifeste lors du "rendez-vous" (?) ou de l'arrivée de l'installateur, et si celui-ci (ou Enedis) s'est montré indifférent aux éventuels courriers de refus, pressant et finalement agressif le jour de la pose venue, pour qu'elle s'effectue, coûte que coûte...

       Le contexte était inhospitalier et les échanges ont été plutôt vifs physiquement.

       La résidente des lieux, épouse, âgée de 70 ans est blessée après avoir chuté en voulant s'interposer : son visage est tuméfié, sa prothèse endommagée, est-il rapporté.

       Article bref et limité. Faits très problématiques.

       On ne sait pas si le compteur a réussi à être posé, dans le désastre.

          "Le 30 mars, à Plouha (Côtes-d'Armor), l'employé d'une entreprise mandatée par Enedis s'est présenté chez un couple pour poser un compteur Linky. L’accueil a été glacial. Le retraité et l’employé en sont venus aux mains. L’épouse, qui a voulu s’interposer, à sévèrement chuté." Ouest-France, le 06-04-2017.

     

     

    Lire la suite...






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires