•  

    POUR RÉACTIVITÉ... "MODÈLE" !

     

    ANFR EN JUSTICE / LANCEURS d'ALERTE

       Vite démodés, vite jetés. Et s'ils ne respectent pas les normes ? Téléphones... Source : http://www.lefigaro.fr/conso/2009/11/20/05007-20091120ARTFIG00654-ne-jetez-plus-votre-ancien-portablevendez-le-.php

     

       "Téléphonie mobile : la justice saisie par deux lanceurs d’alerte", par Romain LOURY, LJDE (Le Journal de L'Environnement), 19 avril 2017.

     

       "L’Agence nationale des fréquences (ANFR) rendra-t-elle publiques les mesures de contrôle des téléphones portables ? C’est ce que demandent deux lanceurs d’alerte qui, face au refus de l’agence, ont saisi la justice. L’audience en référé s’est tenue mercredi 19 avril au tribunal administratif de Melun.

       L’affaire remonte à juillet 2016, avec la publication par l’ANSES (Agence Nationale de SEcurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de son rapport "Exposition aux radiofréquences et santé des enfants". L’agence y faisait état d’une série de mesures effectuées par l’ANFR, selon lesquelles 89% des 95 téléphones testés dépassaient le débit d’absorption spécifique (DAS) de 2 Watt/kg (valeur seuil fixée pour la tête et le tronc) et 25% la valeur de 4 W/kg (seuil pour les membres).

       Pourtant tous ces appareils, testés par l’ANFR entre 2012 et 2015, étaient bien aux normes : les mesures effectuées par l’agence portaient sur une distance de 5 millimètres, alors que la directive européenne alors en vigueur (directive dite R&TTE, Radio & Terminal Telecommunication Equipment, mars 1999) permettait aux fabricants de tester leurs appareils à la distance de 25 mm.

       Or la directive R&TTE a été abrogée par une nouvelle directive 2014/35/UE, effective depuis le 13 juin 2016. "Cette nouvelle directive prévoit, pour évaluer la conformité des équipements, de prendre en compte les conditions de fonctionnement raisonnablement prévisibles. En l’espèce, l’utilisateur est susceptible d’être au contact de l’appareil", expliquait l’Anses dans son avis.

       Des appareils désormais hors norme

       Exit donc les 25 millimètres. Résultat : une fois écoulée la période transitoire d’un an prévue par la nouvelle directive (qui prendra donc fin le 12 juin), les appareils épinglés en 2015 par l’ANFR ne seront plus aux normes. D’ici là, les téléphones commercialisés avant juin 2016 peuvent rester en magasin. Quant aux appareils déjà achetés, c’est le black-out : ni rappel, ni information des propriétaires.

       Raison pour laquelle deux lanceurs d’alerte, le médecin Marc ARAZI (ancien coordinateur national de l’association Priartém) et la journaliste Fabienne AUSSERRE, ont demandé à l’ANFR de publier les données de ces tests, afin d’informer les utilisateurs de la nature de leur appareil.

       Sans résultat, malgré l’avis favorable, en novembre 2016, de la commission d’accès aux documents administratifs (Cada). Dans un courrier rendu public en janvier par la revue Le Lanceur, l’ANFR assure aux deux citoyens "être favorable à la communication, voire à la publication, des données", mais ne pouvoir s’y livrer. "Les dispositions applicables, tant au recueil de ces informations par l’ANFR qu’aux sanctions administratives ou pénales qui peuvent en résulter, semblent faire obstacle à la communication de ces informations", ajoute l’agence.

       Un "enjeu essentiel de santé publique"

       Face à ce refus, Marc Arazi et Fabienne Ausserre ont saisi la justice en février. Au terme de l’audience en référé, qui s’est tenue mercredi 19 avril au matin au tribunal administratif de Melun, Marc Arazi, contacté par le JDLE, se montre confiant quant au verdict.

       "C’est un enjeu essentiel de santé publique pour les utilisateurs. Peu d’entre eux le savent, mais il n’y a pas besoin que  l’appareil soit en mode téléphone : il suffit qu’il soit allumé dans la poche, il communique constamment avec l’antenne-relais la plus proche", explique-t-il.

       Les résultats obtenus par l’ANFR montrent que "des dizaines de millions de jeunes en Europe ont un téléphone qui pose problème. On ne peut pas dire "je change la norme et je laisse faire", uniquement pour protéger les fabricants. En tant que médecin et citoyen, je ne l’accepte pas", conclut Marc Arazi. Contactée par le JDLE, l’ANFR n’était pas en mesure de répondre.

     


  •  

    COMME UN HORIZON DE PROBLÈMES

     

    LE "DEFI" DES COMPTEURS ANGLAIS

       Source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-4362574/EDF-boss-slams-11bn-plan-roll-smart-meters.html

       Relayé par Stop-Linky 22. Merci à lui.

     

        Un article en ligne anglais (Mail Online) dresse un bilan très mitigé du programme national de compteurs communiquants d'électricité en cours de déploiement et émet quelques vérités au passage, bonnes à entendre en France, où les présentations généralistes du Linky souffrent d'une liberté de parole apparemment moins grande, ou d'une adhésion plus forte (aux directives d’État ?).

     Nota : De source personnelle, le compteur n'a pas de caractère aussi contraint en Angleterre qu'en France. Les consommateurs sont incités, invités à changer de compteurs sous divers arguments (et non sans un certain harcèlement commercial), mais ils ne sont pas sommés d'en changer, sous couvert de lois – ambiguës, comme en France, en plus d'être considérés en véritables "consommateurs".

     

    Lire la suite...


  •  

    PAR REFUS-LINKY-GAZPAR

     

    PÉTITION / MÉTHODES ENEDIS & LINKY

     

      "On rayonne, on espionne, on ponctionne" et  ON COGNE ?

     

    LINKY "ON COGNE" Stop-compteurs

     

    Agressions physiques, violations de domiciles,

    menaces, intimidations, mensonges

    STOP aux violences d'Enedis pour imposer le compteur LINKY.
     

     

       Source : Lettre de Stéphane LHOMME, STOP-GAZPAR-LINKY, ce 7 avril 2017.

       Voir : http://refus.linky.gazpar.free.fr

     

    Lire la suite...


  •  

    BILAN : ATTEINTES PHYSIQUES

     

    INSTALLATION VIOLENTE À PLOUHA

       Source : http://www.paris-normandie.fr/region/il-arrive-au-havre-les-vraies-promesses-du-compteur-linky-LC7217184

     

       Nouvelles accablantes dans la série "pose (forcée ?) du compteur Linky".

       Aucune précision n'est donnée sur la position initiale des clients-usagers au sujet du compteur, extérieur à la propriété ou non d'ailleurs, s'ils avaient signifié leur refus très en amont, si l'opposition était manifeste lors du "rendez-vous" (?) ou de l'arrivée de l'installateur, et si celui-ci (ou Enedis) s'est montré indifférent aux éventuels courriers de refus, pressant et finalement agressif le jour de la pose venue, pour qu'elle s'effectue, coûte que coûte...

       Le contexte était inhospitalier et les échanges ont été plutôt vifs physiquement.

       La résidente des lieux, épouse, âgée de 70 ans est blessée après avoir chuté en voulant s'interposer : son visage est tuméfié, sa prothèse endommagée, est-il rapporté.

       Article bref et limité. Faits très problématiques.

       On ne sait pas si le compteur a réussi à être posé, dans le désastre.

          "Le 30 mars, à Plouha (Côtes-d'Armor), l'employé d'une entreprise mandatée par Enedis s'est présenté chez un couple pour poser un compteur Linky. L’accueil a été glacial. Le retraité et l’employé en sont venus aux mains. L’épouse, qui a voulu s’interposer, à sévèrement chuté." Ouest-France, le 06-04-2017.

     

     

    Lire la suite...


  •  

    BIENVENUE sur STOP-COMPTEURS !! !

     

    COMPTEURS ?    STOP ? !! !

     

    Interrogation teintée de peur.

     

     COMPTEURS...  "Fragiles ?"  "Coûteux ?"  "Espions ?"  "Big business ?"

    "Autoritaires ?"   ... "PATHOGÈNES ?"        - TOUT ÇA ?

    - Euh... Parce qu'ils sont  3 ? NON ?

     

    Lire la suite...


  •  

    LÉZARDES TOUS AZIMUTS

     

       

       Source : Stop Linky 35 (Robin des Toits), 03-04-2017.

     

       Les actions collectives et individuelles mûrissent et la connaissance s'affermit. Des brèches toujours plus nombreuses se révèlent. Pierre LASSALLE à Brest, le collectif de l'aire toulonnaine par son courrier ci-dessus, le travail d'Annie LOBÉ pour ne relayer qu'eux pour l'instant, abondent en idées et en pièces déterminantes et entretiennent l'espoir d'une considération d'ampleur. A l'échelle des enjeux.

     

     

     

    Lire la suite...


  •  

    FLAMBÉE ÉLECTRIQUE POST-LINKY

     

    LE GOUFRE DE M. & Mme BOUCAUD

     
      "Pascal et Christelle Boucaut vivent sans chauffage depuis la mi-février. La cause ? Leur dernière facture d’électricité. EDF leur réclame près de 2 200 € à l’année, alors qu’ils payaient un petit 600 € avant l’installation du compteur dit intelligent, Linky. Ils veulent comprendre.
     
       Après l’installation d’un compteur Linky, leur facture électrique est multipliée par 3,5."
     
     
     

    Lire la suite...


  •  

        A l'occasion de l'interview officielle des candidats des élections présidentielles françaises par l'Association des maires de France, un RASSEMBLEMENT NATIONAL contre les compteurs communiquants est prévu le 22 mars 2017, à Paris (Maison de la Radio).

     En Bretagne (est) : RDV à RENNES, devant les locaux de FRANCE 3

    DE 11 HEURES14 HEURES.

     

    MANIFESTATIONS LE 22 MARS 2017

       Angle d'entrée de FRANCE 3 BRETAGNE, à RENNES, avenue Janvier, côté Vilaine.

     

      Pour l'Ouest breton, RDV à LORIENT à partir de 11h30

    devant les locaux de FR3 Bretagne

    6 rue du Gal Leclerc (au-dessus de la mairie).

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique